L’initiative israélienne «Terre de blé» collecte et conserve les variétés de blé pour les générations futures

Bien que la « révolution verte » ait amené la production de blé à sa plus grande capacité, elle a réduit la diversité génétique du blé en le rendant moins résistant aux facteurs de stress du changement climatique. L’initiative israélienne « Terre de blé » pourrait être la meilleure solution de restauration génétique du blé.

Pendant des milliers d’années, la fête de Chavouot a marqué la saison de la récolte des céréales en Terre d’Israël. Sous le premier et le second Temple à Jérusalem, du pain spécial fabriqué à partir du blé récolté était offert pour commémorer un événement. Depuis lors, le blé est devenu un aliment de base majeur dans la société d’aujourd’hui, et sa demande n’a fait qu’augmenter avec la population humaine.

Pour répondre à cette demande, des variétés de blé modernes ont commencé à être développées au cours des années 1950 lors de ce qui fut surnommé à tort la «révolution verte». «Après la Seconde Guerre mondiale, dans les années 1950, il y avait une peur mondiale de la famine», explique Sivan Frankin, doctorant à l’Institut Volcani et à la Faculté d’agriculture. «Les gens ont vu la flambée de la croissance démographique, en particulier dans les pays en développement, et ont supposé que si la faim cessait, il n’y aurait pas de guerres». L’hypothèse selon laquelle un estomac plein éliminerait le besoin de guerres n’a pas vraiment résisté à l’épreuve du temps, mais elle a conduit les scientifiques et les chercheurs à explorer et à développer de nouvelles façons d’augmenter les rendements du blé. L’un des agronomes qui a oeuvré dans ce sens cela fut le Dr Norman Borlaug, qui proposa des variétés à haut rendement Lerma Rojo 64 et Sonora 64, basées sur la variété de blé Norin 10 et des variétés traditionnelles mexicaines permettant de tripler les rendements de cette céréale.

À partir des années 1960, la production et les rendements de blé ont considérablement augmenté dans le monde et, en 1970, la découverte de Borlaug lui a valu le prix Nobel de la paix. Aujourd’hui, environ 770 millions de tonnes de blé sont produites chaque année sur un peu plus de 215 millions d’hectares de terres agricoles cultivées pour satisfaire notre envie universelle de pain. Aucune autre culture au monde n’a autant de superficie récoltée à cultiver. Avec une consommation mondiale estimée à 2% chaque année, les projections indiquent que 822 millions de tonnes métriques de blé seront produites chaque année d’ici 2025-2026.

Un compromis existe

Alors que le pain et les autres produits liés au blé restent une partie centrale de notre alimentation, le blé qui pousse dans nos champs aujourd’hui est très différent de la variété quelques décennies auparavant. Bien que la préférence des variétés élites de blé à haut rendement par rapport aux variétés traditionnelles génétiquement diverses se soit avérée fructueuse à court terme, ses effets environnementaux à long terme ont fait l’objet de nombreuses critiques. Au-delà des critiques allant de l’émergence de la monoculture à grande échelle, à l’expansion de la déforestation, à l’augmentation des émissions de GES des machines agricoles et à l’intensification des ressources comme l’eau, les engrais et les pesticides, la diffusion mondiale de la variété de blé de Borlaug a provoqué une réduction écrasante de la diversité génétique du blé. Avec la crise climatique, la révolution agricole qui a amené notre civilisation là où elle en est aujourd’hui pourrait très bien être la cause de sa propre chute.

Dans le but d’éviter ce scénario du pire, l’initiative israélienne Terre de blé collecte et conserve les variétés de blé traditionnelles et locales afin de permettre la croissance continue du blé moderne pour les générations futures. «Nous sommes passés par un processus très rapide en quelques années à peine, de la culture traditionnelle de milliers de variétés de blé à la culture de quelques variétés modernes, certes excellentes et à haut rendement, mais très similaires en termes de profil génétique », explique Frankin. Cela n’est pas aussi spectaculaire que les conséquences de la déforestation, mais le déclin de la diversité génétique des espèces de blé est très problématique à la lumière des changements actuels dans le monde.

«La population mondiale continue de croître et devrait atteindre 9 milliards de personnes d’ici 2050, mais nos zones agricoles ne sont pas en expansion, mais plutôt en diminution. Et pour couronner le tout, nous vivons la réalité du changement climatique », déclare le Dr Roi Ben-David, directeur de la recherche agricole à l’Institut Volcani. « Sans variété génétique, nous ne pourrons pas continuer à changer et à améliorer le blé d’année en année pour répondre à la demande croissante« . Parce que les variétés de blé modernes partagent de nombreuses similitudes génétiques les unes avec les autres, le Dr Ben-David vante la nécessité de revenir à l’essentiel – aux variétés originales, traditionnelles et diverses qui fleurissaient autrefois. «Bien que ces variétés originales ne puissent à elles seules rivaliser avec les variétés modernes, si nous menons des recherches appropriées, nous pouvons y localiser des caractères intéressants et utiles qui sont pertinents pour la culture, inculquer ces caractères dans des variétés modernes et, espérons-le, augmenter les rendements», dit-il.

Remercions les botanistes

Problème : les variétés de blé traditionnelles ne peuvent plus être trouvées dans les champs. «Ces variétés ont disparu parce que personne n’a jugé bon de les préserver», déclare le Pr Avi Perevolotsky, du Département des grandes cultures et des ressources naturelles de l’Institut des sciences végétales du Centre Volcani. Néanmoins, la nécessité de continuer à améliorer la diversité du blé est particulièrement urgente car les menaces qui pèsent aujourd’hui sur le blé sont nombreuses et variées : changements d’hygrométrie, rythme des précipitations, température, disponibilité des nutriments, ravageurs et maladies des cultures comme la rouille du blé. Selon Ben-David, l’opinion générale est que pour toute augmentation de température mondiale, il y aura un dommage de 6% aux rendements du blé.

Mais quelques visionnaires ont compris l’importance de la conservation et ont mené des campagnes de collecte indépendantes. Grâce à eux, nous avons maintenant des espèces locales uniques qui ont presque disparu. «Il y avait des collections d’urgence en Israël bien avant la création de l’État», explique le Dr Einav Mayzlish-Gati du Centre pour les ressources génétiques et la qualité des semences de l’Institut Volcani. «Aaron Aaronson savait qu’il fallait préserver et envoyer le matériel génétique israélien aux banques de semences du monde entier, et le biologiste russe Nikolai Vavilov, qui a fondé la première banque de semences à Saint-Pétersbourg, s’est rendu en Israël en 1926 et a collecté une gamme de variétés locales. L’une des dernières collectes d’urgence en Israël a été réalisée dans les années 1980 par Yaakov Matitya, qui travaillait à l’Institut Volcani. Il a effectué des voyages de collecte à travers le pays depuis les hauteurs du Golan en passant par la Judée et la Samarie jusqu’au Sinaï et a documenté les usages et les traditions derrière toutes les variétés de blé qu’il a rencontrées dans de petits cahiers bien soignés », ajoute-t-elle.

Retour des variétés locales en Israël

En 2015, aux côtés de nombreux autres partenaires et collègues, le Dr Mayzlish-Gati, le Dr Ben-David et Bizi Goldberg, un consultant indépendant dans le domaine du blé traditionnel, ont créé le projet Land of Wheat pour restaurer et conserver les variétés locales d’Israël et les variétés de blé traditionnelles. Le projet est financé par le ministère de l’Agriculture, le ministère de Jérusalem et du Patrimoine, la Fondation du patrimoine israélien, le chief scientist du ministère de l’Agriculture, l’Organisation des travailleurs du segment et la Fondation Yad Hanadiv. «Nous avons contacté les banques de semences et rendu une grande partie de la diversité des semences locales à Israël, afin qu’il y ait une collection désignée et disponible de variétés de blé traditionnelles», explique le Dr Mayzlish-Gati.

«Nous conservons les semences dans des conditions optimales (des températures de – 20°C) pour être utilisées à l’avenir lorsque nous en aurons besoin. Cela pourrait être aujourd’hui, demain ou dans des décennies ». Sivan Frankin a souligné que ce stock génétique peut assurer une sécurité alimentaire suffisante. «Il sera désormais mis à la disposition des chercheurs sur le blé pour la culture et l’amélioration des futures variétés de blé». Certaines variétés de blé sont même plantées dans nos champs grâce à un partenariat communautaire avec des artisans boulangers, des jardins d’enfants, des jardins communautaires et des écoles qui les cultivent à des fins culinaires et éducatives.

Saveurs d’une autre décennie

La restauration des variétés traditionnelles enrichit non seulement la diversité génétique du blé, mais ravive également les saveurs perdues depuis longtemps, qui autrement auraient complètement disparu. «Une diversité génétique du blé implique également une variété culinaire de saveurs et de textures», explique le Pr Avi Levy du Département des sciences végétales et environnementales de l’Institut des sciences Weizmann. « Les cahiers de Yaakov Matitya décrivent très précisément la texture des pâtes de blé et celles qui étaient destinées au boulgour ou aux pitas – nous parlons de descriptions étonnantes« , ajoute Frankin avec enthousiasme. «La restauration de profils de saveurs vieux de plusieurs décennies à partir de la diversité du blé présente une valeur ajoutée à notre travail.» Mais le blé n’est pas la seule culture qui souffre d’une diversité génétique limitée et fragile. «Le processus qui a eu lieu dans le blé s’est également produit dans de nombreuses autres cultures avec la transition vers la culture moderne et avec l’épuisement de la biodiversité traditionnelle», explique le Dr Mayzlish-Gati.

Ces autres cultures, principalement en serres, comprennent les pastèques, les courgettes et diverses herbes. Suite au succès du projet «Terre de blé», de plus en plus de cultures sont envisagées pour la préservation au nom du patrimoine et de la diversité génétique. Trop souvent, de grandes quantités de cultures meurent en raison d’une maladie, d’un ravageur ou d’une météo particulière. Sans une grande diversité génétique, les variétés résistantes et durables à long terme sont tout simplement perdues. En préservant cette diversité, les agriculteurs peuvent redonner de la résilience aux cultures et cultiver des variétés agricoles résistantes pour sécuriser les approvisionnements alimentaires mondiaux.

Lior Mammon et Max Kaplan-Zantopp pour ZAVIT 19 mai 2021

Traduit et adapté par Esther Amar pour Israël Science Info

Israël Science Info