Fiscalité des GAFA : à TransTech 2018 (Israël), Jonathan Rouach a présenté QED-it, start-up Blockchain BtoB - Israël Science Info

Fiscalité des GAFA : à TransTech 2018 (Israël), Jonathan Rouach a présenté QED-it, start-up Blockchain BtoB

Jonathan Rouach Jonathan Rouach

Lors de la huitième édition de TransTech 2018* qui s’est tenue le 4 mars 2018 au Technion Sarona, Jonathan Rouach a présenté la start-up israélienne high-tech QED-it, basée à Tel Aviv et spécialisée dans le domaine du Blockchain BtoB.

« Chez QED-it nous développons une forme particulière de Blockchain, la Zero-Knowledge Blockchain. Celle-ci consiste à combiner la force de la Blockchain, à savoir, le partage décentralisé de l’information, aux propriétés de protection de données confidentielles du Zero-Knowledge Proof. Cette technologie permettrait d’agréger au niveau européen le taux d’imposition globale des entreprises internationales, sans dévoiler les informations fiscales confidentielles pour chaque pays. Plus besoin de taxer les chiffres d’affaires : on peut évaluer la taxation globale des GAFA au niveau européen et agir en fonction. En apportant un indicateur fiscal agrégé au niveau européen, la technologie peut alimenter sainement le débat démocratique sur la fiscalité. Gestion distribuée de certificats et de réputation, contrôle du risque opérationnel d’un partenaire, visibilité en profondeur sur l’efficacité d’un supply-chain : ce type de solutions se met déjà en place dans les écosystèmes qui veulent partager en temps réel de l’information sans divulguer aucune donnée« , a indiqué Jonathan Rouach à La Tribune.

Les dirigeants principaux de QED-it sont Jonathan Rouach CEO, co-fondateur, diplômé du Technion en Génie électrique (Army Intel). Fondateur de Bits of Gold, plus grande plateforme de Bitcoin en Israël et d’une société de sécurité informatique acquise par Digital Asset Holding ; Ruben Arnold, CFO, co-fondateur diplômé du Technion en Génie électrique, ancien consultant chez McKinsey en management et organisation, serial entrepreneur ; le Dr Aviv Zohar, Chief Scientist, professeur chargé de cours en sciences informatiques à l’Université Hébraïque de Jérusalem, expert de renommée mondiale en gouvernance des blockchain, il a figuré au classement 40 under 40 du magazine Fortune (classement des 40 personnalités de moins de 40 ans les plus influentes dans le monde des affaires).

QED-it a financé son premier tour de table (Seed Round) auprès de business angels américains, israéliens et chinois de premier plan.

Citons aussi dans l’équipe Kobi Gurkan, (Development Team Lead) diplômé des universités de Tel Aviv et de Bar-Ilan, le Pr Shafi Goldwasser Scientific Advisor et professeur en Génie électrique au MIT, Dr. Eran Tromer, ZKP Advisor,  Professor Assistant à l’université de Tel Aviv, au MIT, à Weizmann, au Technion, à la Columbia University….

Jonathan Rouach

Jonathan Rouach

Dr. Aviv Zohar

Dr Aviv Zohar

Ruben Arnold

Ruben Arnold

Applications

Les clients et partenaires de QED-it sont tous confrontés au même problème : comment garder le bénéfice des nombreuses données générées par la révolution digitale, et à la fois partager ces informations avec leur écosystème pour améliorer, par exemple, la coordination et la gestion des risques avec les autres parties prenantes.

Le Zero-Knowledge Blockchain (ZKB) résout cette tension. Développé par QED-it, porté par une équipe de niveau mondial, le Zero-Knowledge Blockchain (ZKB) est une plateforme qui combine les avantages de la coordination entre acteurs (technologie Blockchain) aux impératifs de non divulgation de données pour des raisons réglementaires ou business (cryptologie du Zero-Knowledge proof). Concrètement, le ZKB revient à donner des preuves (aussi appelées QED) à un écosystème sans rien dévoiler des données sous-jacentes.

Les applications sont très prometteuses ! En fournissant la preuve pour tous mais la donnée pour personne, le ZKB agit comme un accélérateur de confiance : il permet de vraiment briser les silos entre acteurs au sein d’un écosystème, et de mettre en place des coordinations efficaces, créatrices de valeurs et sans risques pour toutes les parties prenantes. C’est le protocole qui manquait pour entrer dans la nouvelle ère de l’économie : celle de la confiance généralisée.

L’équipe

A l’origine de QED-it et du ZKB, on trouve une équipe d’experts : Jonathan Rouach (CEO) et Ruben Arnold (CFO), un duo expérimenté, vivant là sa troisième aventure entrepreneuriale, la première ayant été vendue à une Digital Asset Holding et la seconde (Bits of Gold) étant devenue la principale plateforme d’échange de Bitcoins au Proche-Orient. Dr Aviv Zohar (co-fondateur et Chief Scientist), un expert de Blockchain, à l’origine de mises à jour fondamentales du protocole. Pr. Shafi Goldwasser, co-inventrice du Zero-Knowledge proof, lauréate de deux prix Gödel (1993 et 2001) et du prix Turing en 2012. Dr Eran Tromer, un expert mondial de cryptologie appliquée. Kobi Gurkan, un mathématicien spécialiste d’architecture Blockchain ayant été CTO d’une société de sécurité.

Source Israel Valley

Lire aussi
La folie du bitcoin ne s’arrête jamais. La monnaie électronique a franchi brièvement le cap des 11000 $. La firme « Bits of Gold », lancée par les franco-israéliens (Jonathan et Youval Rouach) est leader du bitcoin en Israël.
La startup qui collabore très étroitement avec les autorités de régulation du pays, a été obligée de recruter des services de sécurité importants. Le nombre d’employés de cette startup basée à Tel-Aviv, a triplé en moins de six mois. Le CEO et son équipe travaillent 18 heures par jour pour satisfaire les demandes! Les israéliens débarquent sans s’annoncer dans la Bitcoin Embassy. En milieu de semaine dernière plus de 150 personnes attendaient leur tour pour acheter du bitcoin. IsraelValley sera ce jour en reportage à la Bitcoin Embassy.
Le bitcoin (de l’anglais bit, unité d’information binaire et coin « pièce de monnaie ») est une  monnaie cryptographique reposant sur le technique des blockchains. Il s’accompagne d’un système de paiement pair-à-pair. Le système fonctionne sans autorité centrale mais de manière décentralisée grâce au consensus de l’ensemble des nœuds du réseau. L’émission de bitcoins, plafonnée à 21 millions, est réalisée par des utilisateurs mettant à disposition leur puissance de calcul informatique afin de vérifier, d’enregistrer et de sécuriser les transactions dans la blockchain. Cette activité, appelée « minage » exige d’importants moyens informatiques et est fortement consommatrice d’énergie.
L’agence « Reuters » a estimé qu’en 2015 le réseau bitcoin consommait 43000 fois plus d’électricité que les 500 ordinateurs les plus puissants en fonction dans le monde. En 2020, ce réseau aurait besoin de près de 14000 mégawatts, ce qui représente la moitié de la consommation électrique de la Nouvelle Angleterre aux  États-Unis ou la totalité de la consommation du Danemark. Face aux coûts exponentiels de production, les créateurs de bitcoins se regroupent dans des « fermes ».  En 2016, une dizaine de ces coopératives fournissaient 95 % des blocs. La Chine, tout en freinant l’utilisation du bitcoin, s’est spécialisée dans sa production (72 % du minage). La Russie a également décidé de développer le « minage » afin de concurrencer la Chine.
Source : Eyal Dreyfus pour Israël Valley
* TransTech, conférence internationale de style workshop, organisée par le site IsraelValley, la CCIIF (Chambre de Commerce Israël-France) et son Président, Daniel Rouach (ESCP Europe) sur le transfert de technologies et la coopération technologique, réunit chaque année des sociétés, des start-ups, des experts et des spécialistes les plus innovants.

Israël Science Info