(Français) Concours mondial d’innovation 2030 : le Technion est parmi les universités étrangères choisies pour porter ce projet ambitieux

Le Pr Peretz Lavie, Président du Technion Le Pr Peretz Lavie, Président du Technion

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Le Président de la République François Hollande a lancé le 2 décembre le Concours Mondial d’Innovation « Innovation 2030 » en présence des ministres Arnaud Montebourg, Fleur Pellerin et Geneviève Fioraso. Son objectif est de faire émerger les talents et futurs champions de l’économie française en les repérant puis en accompagnant la croissance des entrepreneurs français ou étrangers dont le projet d’innovation présente un potentiel particulièrement fort pour l’économie française. D’ici à mars 2014, cent projets seront sélectionnés en provenance du monde entier, et vont  bénéficier chacun d’une enveloppe de 200 000 euros. Israël Science Info était présent pour ce lancement officiel.

Durant la conférence de lancement, le professeur Peretz Lavie, président du Technion est intervenu en duplex depuis Haïfa et a expliqué les raisons du succès de son université dans le domaine de l’innovation et la raison de sa participation au Concours mondial d’innovation, notamment, ce que le Technion a fait pour développer l’économie israélienne par la recherche et l’innovation de ses étudiants et de ses équipes. “En nombre de start-ups par actif, Israël arrive au premier rang mondial. Depuis 1948, les exportations ont augmenté de 7 000 %, elles sont passées de 6 M$ à 40 Md$ en 2012, dont 50 % pour le high-tech”, précise Muriel Touaty, directrice générale du Technion France, présente lors de cette conférence de lancement.

A travers ce Concours, l’Etat français veut encourager les talents d’aujourd’hui pour créer notre richesse collective de demain, que ces talents soient en France ou à l’étranger. Le Gouvernement souhaite ainsi attirer les talents du monde entier pour qu’ils réalisent leurs projets en France.

Dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir et en s’appuyant sur Bpifrance (la banque publique d’investissement), l’Etat va affecter 300 millions d’euros pour co-financer des projets innovants portant les 7 ambitions définies par la Commission.

Avec ce Concours, le Gouvernement installe une véritable politique d’avenir résolument engagée dans le soutien de ceux qui créent, innovent et prennent des risques.

Sept ambitions pour la France de 2025

Choisies par la Commission « Innovation 2030 » présidée par Anne Lauvergeon sur la base de plusieurs critères, en premier lieu leur capacité à générer de la croissance, des emplois et des exportations, elles se trouvent à la confluence de marchés majeurs portés par des besoins sociétaux certains et de compétences distinctives françaises.

Elles nécessitent des innovations de rupture et constituent un enjeu de souveraineté pour que la France soit durablement une puissance économique prospère. Enfin, elles prennent en compte des évolutions technologiques massives comme la révolution numérique ou l’impact des nouveaux matériaux avec des propriétés avancées.

Le stockage de l’énergie

Le recyclage des matières : métaux rares

La valorisation des richesses marines : métaux et dessalement de l’eau de mer

Les protéines végétales et la chimie du végétal

La médecine individualisée

La silver économie, l’innovation au service de la longévité

La valorisation des données massives (Big Data)

Chaque ambition présente des spécificités pour créer des emplois et de la richesse en 2025. La Commission innovation propose des leviers d’actions adaptés à chaque cas : concours d’innovations, commande publique, prise de participations mais aussi actions de normalisation, simplifications réglementaires précises, formations adaptées, expérimentations, etc.

La deuxième étape de ce concours se situe fin 2014. 30 à 40 projets très prometteurs, issus ou non de la première sélection, vont remporter un financement pouvant atteindre jusqu’à 2 millions d’euros. Puis, à partir de 2016, un ou deux projets de chaque secteur recevra une somme pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros chacun.

Israël Science Info