Formation à la correction orthopédique en Afrique, « le Pr Eidelman (Rambam, Israël) incarne les plus hautes valeurs humanitaires »

Pr Mark Eidelman, 2nd from left, director of the Pediatric Orthopedics Unit at Rambam’s Ruth Rappaport Children’s Hospital with Africian colleagues at The Black Lion Hospital in Addis Ababa. Credit: Rambam Medical Center Pr Mark Eidelman, 2nd from left, director of the Pediatric Orthopedics Unit at Rambam’s Ruth Rappaport Children’s Hospital with Africian colleagues at The Black Lion Hospital in Addis Ababa. Credit: Rambam Medical Center

De nombreux enfants naissent chaque année en Afrique avec des anomalies congénitales orthopédiques. La prévalence de ces anomalies à la naissance est environ 20% plus élevée en Afrique subsaharienne que dans les pays développés (NDLR ISI Mag : Oxford Medicine). Bien que ce soit un problème courant, il n’y a pratiquement aucune solution disponible. Un médecin du centre israélien Rambam Health Care vient pour la première fois de donner un cours de quatre jours en Afrique à 50 médecins locaux pour des traitements et des opérations importantes, ce qui représente un nouvel espoir pour leurs patients.

Des dizaines de médecins d’Éthiopie et de pays voisins ont ainsi participé à ce cours, le premier du genre, pour se former à la correction des malformations orthopédiques pédiatriques. Le cours était dirigé par le Pr Mark Eidelman, directeur de l’unité d’orthopédie pédiatrique de l’hôpital pour enfants Ruth Rappaport du centre Rambam.

« Le Pr Eidelman de Rambam et ses éminents collègues américains incarnent les valeurs humanitaires les plus élevées de la citoyenneté mondiale. Apporter cette formation indispensable en Éthiopie offre la promesse d’une vie meilleure à des générations d’enfants éthiopiens », a déclaré Rick Hirschhaut, directeur exécutif national du Centre médical américain Friends of Rambam.

Certains des participants avaient déjà terminé leur formation de médecin. Ils ont assisté à des conférences sur différents types de traitements, à des ateliers pratiques et ils ont participé à des opérations chirurgicales. Le cours, parrainé par CURE International, organisation à but non lucratif qui aide les enfants des pays du tiers monde souffrant de problèmes de santé, a été organisé par l’hôpital Black Lion à Addis-Abeba, en Éthiopie, en coopération avec la POSNA, la Société de orthopédie pédiatrique d’Amérique du Nord.

Les services orthopédiques pédiatriques de l’hôpital éthiopien sont dirigés par deux médecins anglais. Ils s’étaient installés en Éthiopie il y a plusieurs années et avaient consacré leur temps à l’amélioration des conditions de traitement de la population locale. Les deux médecins ont créé le cours afin de donner des outils de traitement aux équipes médicales locales aux prises avec l’un des problèmes les plus courants dans le pays. «Dans le contexte des maladies et des problèmes génétiques, et en particulier en raison du manque criant de connaissances, d’infrastructures et de capacités de traitement en ce qui concerne les malformations orthopédiques pédiatriques. De nombreux individus en Éthiopie ont des problèmes qui se règlent beaucoup plus jeunes dans d’autres pays. En Israël, comme dans de nombreux autres pays occidentaux, on sait comment diagnostiquer les problèmes à temps et les traiter rapidement. Cela aide ces patients à jouir d’une meilleure qualité de vie et à empêcher leur état de se détériorer. Désormais, des dizaines de médecins locaux disposent des outils et des savoirs pour aider leurs patients », explique le Pr Eidelman.

Aux côtés du Pr Eidelman pour cette mission importante se trouvaient deux médecins des États-Unis, l’enseignant du Pr Eidelman, le Pr John Herzenberg, médecin expérimenté de Baltimore, et le Pr Christof Radler, également renommé dans son domaine.

Selon le Pr Eidelman, le principal problème de la formation des médecins africains est la difficulté de se rendre aux États-Unis pour y suivre une formation : «les institutions de Baltimore sont considérées comme les meilleures sur le terrain en termes de formation et d’enseignement, et la ville accueille les conférences et les cours les plus importants. Malheureusement, la plupart de ces médecins ne parviennent pas à obtenir des visas d’entrée pour les États-Unis et se voient donc refuser l’accès à ces informations. C’est pourquoi nous avons décidé de leur apporter cette formation. Suite à la réussite de ce cours, je vais retourner en Éthiopie dans un avenir proche afin de former davantage de médecins. »

Traduit et adapté par Esther Amar pour Israël Science Info

Israël Science Info