(Français) Rapport alarmant du WWF : la Méditerranée, bientôt une “mer de plastique” ?

Sorry, this entry is only available in Français. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

La mer Méditerranée se transforme en un dangereux piège de plastique, avec des niveaux record de pollution qui mettent en danger les espèces marines et la santé humaine. C’est ce que révèle le nouveau rapport du WWF. Le plastique représente aujourd’hui 95% des déchets sur les plages et en surface en mer Méditerranée.

Télécharger le rapport

La mer Méditerranée est l’une des mers les plus polluées au monde. Alors qu’elle représente seulement 1% des eaux marines à l’échelle du globe, la Méditerranée compte en revanche 7% de tous les micro-plastiques (fragments de moins de 5mm), qui ont atteint des niveaux record de concentration : 1,25 million de fragments par km², soit près de quatre fois plus que dans “l’île de plastique” du Pacifique Nord.

En cause :

– la mauvaise gestion des déchets par les pays de la Méditerranée.

– l’activité touristique dans la région qui, avec plus de 200 millions de touristes par an, augmente le niveau de pollution marine de 40% chaque été.

Une production et une consommation excessives, une mauvaise gestion des déchets et le tourisme de masse, font de la Méditerranée l’une des mers les plus polluées au monde par les plastiques.

Avec 60 millions de tonnes de plastique produites par an, l’Europe est le deuxième plus grand producteur mondial de plastique après la Chine et rejette en mer chaque année près de 500 mille tonnes de macro-plastiques et près de 130 mille tonnes de micro-plastiques. La plupart de ce plastique est rejeté par la Turquie et l’Espagne, suivies par l’Italie, l’Egypte et la France, à travers leurs principaux fleuves.

Des 27 millions de tonnes de déchets plastiques produits chaque année en Europe, seulement un tiers est recyclé, et la moitié des déchets plastiques en Italie, en France et en Espagne finit en décharge. De son côté, la France n’est pas en reste : elle recycle aujourd’hui seulement 22% des plastiques, l’un des pires records en Europe.

Nous produisons en Europe une quantité énorme de déchets plastiques dont la majorité est envoyée en décharge, avec pour résultat l’acheminement de millions de tonnes de plastique en Méditerranée chaque année. La conséquence de ce flot de contamination, associé à la spécificité de la Méditerranée qui est une mer semi-fermée, est le niveau de concentration record de dangereux micro-plastiques qui menacent à la fois les espèces marines et la santé humaine”, signale Giuseppe Di Carlo, directeur de l’Initiative Méditerranéenne Marine du WWF.

Avec 60 millions de tonnes de plastique produites par an, l’Europe est le deuxième plus grand producteur mondial de plastique après la Chine.

Cigogne blanche (Ciconia ciconia) prise au piège dans un sac plastique (Espagne)Aujourd’hui, presque toutes les espèces marines sont en contact avec les plastiques. Des fragments de plastique ont été retrouvés dans toutes les tortues marines en Méditerranée et dans 90% des oiseaux marins dans le monde. En 1960, c’était seulement 5% ! Le plastique a aussi des conséquences négatives sur la santé humaine. Les microplastiques contenus dans nos cosmétiques ou encore les bouteilles en plastique que nous jetons avec négligence et qui une fois en mer, se brisent en minuscules fragments, sont ensuite mangés par les poissons. Ils entrent ainsi dans la chaîne alimentaire jusqu’à nos assiettes : nous mangeons ce qu’ils mangent”, déclare Isabelle Autissier, Présidente du WWF France.

Des déchets de plastique échoués sur la plage de Watamu (Kenya)

Ces mesures de lutte contre la pollution plastique doivent s’inscrire également dans une dynamique plus large de protection de la biodiversité et des écosystèmes, qui aboutira à la Convention sur la diversité biologique de Pékin en 2020.

Si la récente proposition de directive de la Commission européenne pour réduire la pollution de déchets plastiques à usage unique représente un important pas en avant, cette stratégie doit s’accompagner d’objectifs ambitieux au niveau national et d’une plus forte action au niveau international.

Le WWF appelle les gouvernements, les entreprises et les citoyens à adopter une série d’actions visant à réduire la pollution plastique :

  • signature d’un accord international juridiquement contraignant pour mettre fin au déversement du plastique dans les océans, soutenu par des objectifs nationaux ambitieux afin d’atteindre 100% de plastique recyclable et réutilisable d’ici 2030 et la collecte de 100% des déchets
  • interdictions nationales pour tous les plastiques à usages uniques et les ajouts de micro-plastique dans les produits d’ici 2025
  • appel aux entreprises pour qu’elles investissent dans l’innovation et l’éco-conception, pour une utilisation plus durable et efficace du plastique.

Source WWF

Lire aussi :

A Country Made of Plastic: Israel’s Addiction to Disposable Tableware

 

Israël Science Info